Sélectionner une page

Depuis 2014, le nombre d’enfants scolarisés à Paris est en chute libre, une tendance nette encore plus visible concernant les écoles maternelles. Paris perd 3 000 petits élèves chaque année et 27 établissements publics ont fermé ou sont menacés de fermeture. Le constat est sans appel : les familles fuient Paris !
Certes le déclin de la natalité est encore plus fort à Paris que dans le reste du territoire, mais ce facteur démographique et sociologique n’explique pas à lui seul cette désaffection de la capitale par les familles. Qui en effet n’a pas connu un voisin ou un ami qui déménage en banlieue quand la famille s’agrandit, chassé de Paris par le prix des logements et l’inaccessibilité quasi totale du logement social pour les classes moyennes.
La politique anti-famille du gouvernement, réduction des allocations familiales et attaque des APL, n’arrange pas le phénomène. La mairie de Paris, qui a récemment augmenté les prix des activités périscolaires municipales (conservatoire, etc.) non plus. Paris doit pourtant pouvoir compenser la politique nationale et devenir une ville d’excellence pour toutes les familles françaises.

Tarifications préférentielles dès le premier enfant, aides municipales au logement dès le premier enfant (2 actuellement pour Paris Logement Famille) et abaissement des plafonds de ressources compte tenu du prix des loyers, aide spécifique à l’installation ou au maintien des familles dans les arrondissements
les plus déficitaires… Les pistes existent pour inverser la tendance. Elles demandent des choix budgétaires.
Ces choix le Rassemblement National les fera, car plus que jamais, la famille doit être une de nos priorités.

 

Aurélien Legrand
Vice-Président du groupe RN au Conseil régional d’Île-de-France
Délégué départemental du Rassemblement National Paris