Sélectionner une page

Des clandestins du bateau Lifeline seront finalement accueillis en France après que celui-ci a été interdit d’accoster sur les côtes italiennes et ces derniers débarqués à Malte. Avant lui, ce sont les migrants de l’Aquarius, bateau affrété par l’ONG « SOS Méditerranée », qui ont majoritairement annoncé demander l’asile dans notre pays alors qu’ils étaient débarqués en Espagne. Une submersion migratoire organisée par les ONG depuis la Méditerranée… avec la complicité de la mairie de Paris et de la droite parisienne.

Le Conseil de Paris a en effet voté à l’unanimité en mars 2018 la délibération DGRI 8, attribuant en toute connaissance de cause une subvention de 30 000 € à SOS Méditerranée et à son bateau l’Aquarius. Si aucun représentant de la pseudo-droite parisienne n’a pris la parole lors des débats, l’unanimité du vote révélée au procès-verbal montre à tout le moins leur soutien tacite. Après la « maison des réfugiés », la droite LR se montre donc une nouvelle fois complice de la submersion migratoire organisée et soutenue par Anne Hidalgo.

On s’interroge en premier lieu sur la validité juridique de la subvention, le sujet n’ayant pour seul rapport avec la ville de Paris que les campements sauvages que ces clandestins ainsi subventionnés vont venir remplir. Le Rassemblement National affirme par ailleurs que de telles ONG sont complices des mafias de passeurs et encouragent les drames humains qui endeuillent régulièrement la Méditerranée. On ne peut que saluer la responsabilité du nouveau gouvernement italien, qui entend tarir le flux en refusant ces bateaux dans ses ports.

Un exemple qu’on n’ose plus attendre d’Anne Hidalgo, mais dont on constate que la droite parisienne ne veut pas non plus, malgré les discours de fermeté de Laurent Wauquiez.

 

Wallerand de Saint Just
Président du Groupe RN au Conseil régional d’Ile-de-France
Délégué départemental adjoint du Rassemblement National de Paris